Floraison et pollinisation

Publié le par david34

     Les fleurs des mésembs sont soit isolées au milieu des feuilles, surtout chez les espèces naines, soit regroupées en inflorescences ramifiées chez les espèces arbustives de plus grande taille. D’autres, comme les différents Lampranthus cultivés dans les jardins, produisent une véritable marée de fleurs. Superficiellement, ces fleurs ressemblent à des pâquerettes, mais elles sont plus lumineuses et plus spectaculaires et montrent un calice nu et conique. Généralement, on observe 5 sépales suivis de nombreux « pétales » vivement colorés afin d’attirer les pollinisateurs (abeilles et autres insectes).


     Chez quelques espèces comme le Dorotheanthus apetalus et le Clerectum papulosum, les fleurs sont cléistogamme, c'est-à-dire qu’elles ne s’ouvrent pas ou peu et s’auto-pollinisent. Dépourvues de staminodes pétaloïdes, leur développement précède de peu celui des fruits. Les nombreuses étamines portent le pollen et sont disposées autour du stigmate. Les nectaires se trouvent à la base du filet des étamines et attirent les insectes. Les stigmates sont généralement lobés.


     De nombreuses mésembs sont autostériles et n’acceptent pas leur propre pollen mais uniquement celui d’une plante génétiquement différente. L’ovaire est infère ou semi infère et enfoncé dans le réceptacle. Il comprend les loges, disposées côte à côte ou de manière rayonnante.


     Chaque espèce de mésembs possède sa propre période de floraison. La majorité des espèces fleurit en début de printemps. La période de floraison varie même pour chaque individu mais demeure généralement enclose dans une période de 3 à 4 semaines. Chez d’autres espèces (par exemple le Delosperma), les fleurs s’épanouissent progressivement sur un plus long laps de temps.

    
     Les fleurs de nombreuse mésembs ne s’ouvrent qu’en milieu de journée, en plein soleil et par temps chaud. D’autres espèces, par exemple les Lithops, Faucaria, Pleiospilos, Chamastophyllum, Stomatium et Hereroa, voient leurs fleurs s’ouvrir en fin d’après-midi. Ainsi, elles attirent les pollinisateurs adéquats (souvent des papillons de nuit) et, de plus, l’évaporation est moins importante en fin d’après-midi et durant la nuit.


    

             Source : Aizoaceae

             Auteurs : E.J Jaarsveld / U. de Pienaar

            
             PhotoDinteranthus pole-evansii

 

 

Publié dans Généralités

Commenter cet article