Introduction aux mésembs

Publié le par david34

     C’est en Afrique du Sud que l’on observe la plus forte concentration au monde de plantes succulentes, surtout dans les zones semi-arides à hivers pluvieux du sous-continent.

     
     Les plantes succulentes possèdent des feuilles, tiges ou racines charnues capables de stocker l’eau et leur permettant donc de survivre lors de longue périodes de sécheresse.

    
     Les succulentes se répartissent entre différentes familles. Celle des mésembs (mesembryanthemaceae) est l’une d’entre elles et regroupe un grand nombre de plantes succulentes typiques (majoritairement à feuilles succulentes).

    
     Elles sont bien connues en Afrique du Sud sous leur nom africain de « vygies » ( = « petites figues » en référence à ‘aspect de jeune figue de leurs petits fruits).

   
     Cette famille très intéressante est la plus importante du monde pour les succulentes et elle rassemble une multitude de formes végétales fascinantes, voire  étranges.

95 % des espèces sont concentrées dans la zone à hivers pluvieux de l’Afrique du Sud. Ils constituent aussi une partie de la flore du Cap (capensis), l’une des 6 flores mondiales. En même temps, cette famille est le groupe le plus riche en espèces apparentées de la région du Cap. C’est également l’un des groupes végétaux les plus magnifiquement colorés au monde et leurs magnifiques pétales (en fait des staminodes) aux coloris souvent éblouissants restent inégalés dans le règne végétal.

 
    Les couleurs varient du rouge au blanc en passant par l’orangé, le pourpre, le mauve, le rose, le jaune et toutes les tonalités intermédiaires. Il faut souligner l’absence de fleurs bleues bien que des ancêtres à floraison bleue aient pu peut-être exister.

 
   
La structure des fruits de ces plantes compte parmi les plus complexes du monde végétal et tend à assurer la meilleure dissémination possible des graines vers des habitats potentiels. La rapidité des gouttes de pluie est exploitée dans ce sens. En effet, les capsules s’ouvrent lorsqu’il fait humide et les graines sont délogées sous l’impact des gouttes d’eau.

Après la pluie, les plantes sèchent et les capsules se referment sur les graines restantes. Celles-ci conservent leur potentiel germinatif durant plusieurs années.


    
La multiplicité des mésembs découle des conditions environnementales de la région du Cap et leur morphologie reflète les facteurs climatiques locaux ainsi que d’autres sources de stress. Leur longévité et leurs fleurs vivement colorées en ont fait des plantes très appréciées pour la culture en pot ou dans les jardins contemporains. Elles sont souvent appelées « plantes-cailloux », les espèces naines sont très populaires auprès des amateurs de succulentes du monde entier, particulièrement en Allemagne et dans d’autres pays d’Europe, au Japon et aux USA. Bizarrement, elles ne rencontrent pas le même succès en Afrique du Sud.


    
Ces plantes se multiplient facilement par bouturage ou par semis et quelques formes, comme par exemple certains Carpobrotus, sont employés en Californie, en Australie ou en Afrique du Sud pour stabiliser les sols sableux. De nombreuses espèces sud-africaines se sont ainsi naturalisées dans de nouveaux terrains appartenant à d’autres partie du monde.

 
   
Les « Sour Figs » (figues aigres) de la région sud-afriquaine du Cap (Carpobrotus acinaciformis et C.delisiosus)  sont tout à fait uniques de par leurs fruits, très savoureux consommés crus et permettant aussi de confectionner une exquise marmelade.

 

 

                                  Source : Aizoaceae

                                  Auteurs : E.J Jaarsveld / U. de Pienaar

Publié dans Introduction

Commenter cet article